90 km/h – Gatien Meunier

Posté le 4 juillet 2019

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Dans le prolongement du Livre Blanc « Inventons la route de demain », vous proposez aujourd’hui à notre Assemblée un engagement départemental comportant 25 actions structurantes et une centaine de mesures concrètes.

Je veux tout d’abord souligner la qualité du document, et sa clarté.

Je veux ensuite vous dire que nous partageons naturellement les 2 grands axes de cet engagement : le renforcement de la sécurité routière et la maitrise de l’artificialisation.

Je vois néanmoins deux limites à ce document.

La 1ère, qui est une remarque récurrente du Groupe s’agissant des différents plans d’actions départementaux, concerne l’absence d’éléments budgétaires, de financements dédiés pour mettre en œuvre les actions présentées. Or, en bons gestionnaires, nous avons la conviction que chaque plan, chaque action doit s’inscrire dans une programmation budgétaire.

La seconde limite, concerne la particularité d’un Département comme le notre qui accueille chaque année 17 000 habitants supplémentaires lesquels ont des besoins de mobilité que la collectivité ne peut ignorer. La Loire Atlantique a donc besoin de routes pour faire face à l’augmentation des habitants et des flux, besoin de franchissements, de contournements et donc de budgets.

Au moment de la présentation du Livre Blanc, Agnès Paragot avait exprimé les attentes du Groupe. Je regrette que la question du soutien aux communes pour entretenir et améliorer leurs voiries ne figurent pas dans votre engagement. Nous souhaitons que dans le cadre de la révision du dispositif d’aides aux territoires, nous puissions rétablir ces aides, utiles aux déplacements du quotidien.

Par ailleurs, la question du prix des transports doit être également au cœur des débats et des réflexions que nous devons mener avec l’ensemble des acteurs des mobilités.

Vous me permettrez de revenir sur votre décision de ne pas relever la vitesse maximale autorisée de 80 à 90 km/h dans le Département.

Comme tout le monde, j’ai découvert votre décision dans la presse, puis votre courrier au Premier ministre. Vous appuyez votre décision sur la sécurité routière et les émissions de gaz à effet de serre.

Toutes les mesures qui permettent de sauver des vies, et d’éviter des accidents sont les bienvenues et je soutiendrai toutes les mesures qui iront dans ce sens.

Néanmoins, je reste, à titre personnel, assez dubitatif sur la multiplicité des limites de vitesses à respecter. En Loire Atlantique, 7 seuils sont applicables en fonction des routes empruntées. A titre personnel, il m’aurait semblé plus pertinent de n’en conserver que 6 (30, 50, 70, 90, 110 et 130) en passant les routes ou sections de routes accidentogènes à 70 km/h et les autres routes départementales à 90 km/h.

Je veux aussi vous dire notre surprise, au Groupe, que vous ayez pris cette décision sans concertation.

Dans votre courrier au Premier ministre vous « regrettez fortement la méthode employée par le Gouvernement pour imposer le 80 km/h sur les routes départementales, par décret ».

Pourtant, vous avez décidé, seul, sans concertation, sans discussion en session, ni en Commission Permanente, et encore moins en Commission Organique, de maintenir les 80 km/h sur toutes les RD de Loire Atlantique.

Avec mes collègues, nous avons en mémoire une célèbre citation : « Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse ».

Nous regrettons donc nous aussi la méthode que vous employez.

Par ailleurs, pour que la sécurité routière soit au cœur de notre action, il nous faut agir sur le changement de comportements. A ce titre, je veux saluer l’action mise en place par notre collègue Serge MOUNIER dans sa commune. L’opération « Rajeunissez votre permis » à destination des seniors sur le thème de la sécurité routière a permis cette année à 170 personnes de réviser le code de la route avant de participer à une dizaine d’ateliers animés par des partenaires (tests de conduite, auditifs et d’acuité visuelle, premier secours, sécurité).

Ce type d’actions mériterait d’être développé partout en Loire Atlantique.

Enfin, pour assurer la sécurité routière, il convient aussi d’entretenir le réseau routier dont nous avons la charge. 2019 marque une augmentation des budgets consacrés à cet entretien. Il faudra conserver cette dynamique pour rattraper le retard accumulé ces dernières années, les budgets successifs ayant connu de très régulières et fortes baisses.

Ces remarques et propositions étant faites, nous voterons ce dossier.

Je vous remercie.

Les commentaires sont fermés.