Budget Culture – Serge Mounier

Posté le 21 décembre 2018

Monsieur le Président,

Madame la Vice-présidente,

Chers collègues,

 

 

Lorsque vous avez décidé de modifier les modalités de financement des écoles de musique, nous vous avions alerté sur plusieurs points, qui sont toujours d’actualité.

 

Tout d’abord, je considère que l’ajout de conditions supplémentaires relatives à l’organisation interne des écoles, s’agissant de leur encadrement, de leurs recrutements et de leur offre culturelle, est trop intrusif. Notre collectivité doit avoir pour objectif de favoriser l’accès à la culture pour le plus grand nombre. Il s’agit d’un objectif de résultat, qui devrait primer et laisser aux structures une liberté de moyens pour s’adapter aux particularités locales.

 

Parmi ces particularités, il existe, par exemple, une différence majeure entre les structures communales et les structures associatives. Les nouvelles exigences du Département quant au niveau de diplôme des enseignants ont, ainsi, des conséquences catastrophiques sur les structures associatives, car les enseignants diplômés refusent d’y enseigner et sont à la recherche du statut lié aux structures publiques. Par ailleurs, les bénévoles qui donnent déjà beaucoup voient leurs difficultés augmenter.

 

Cette ingérence dans l’organisation des écoles risque ainsi de faire beaucoup de dégâts dans ces structures qui, pourtant, permettent de mettre de très nombreuses heures de bénévolat au service de l’accès à la culture pour tous.

 

Plus généralement, lors de ce changement de règles, nous avions réclamé une évaluation de son impact sur les écoles de musique du département. Aucune évaluation n’avait pu nous être présentée. Cet impact a-t-il enfin été évalué par nos services, à la veille de la mise en application de ces changements ? Si oui, nous vous demandons de nous transmettre cette évaluation pour être transparents.

 

Je vous remercie.

Les commentaires sont fermés.