Budget Personnes âgées – Yannick Bigaud

Posté le 21 décembre 2018

Madame la Vice-Présidente,

Mes chers collègues,

 

Je salue bien sûr en particulier votre engagement coûteux sur ce dossier du fait du nombre de personnes âgées et du vieillissement de la population.

 

Je voulais vous interpeler sur la problématique qui se pose en ce moment à la Résidence de la Vallée du Don à Guémené-Penfao dont j’ai l’honneur ou la difficulté d’être Président du Conseil d’Administration, ès-qualités de Maire.

La problématique est liée à un déficit récurrent lié au calcul de la dotation en y intégrant les résidents ne relevant pas du Département de Loire Atlantique.

C’est un sujet que vous connaissez, qui n’est pas propre à nos résidences, sur une résidence importante de 134 places, dont 127 lits de résidence en personnes âgées et puis 14 lits à la Maisonnée de vie d’Alzheimer.

Cet établissement qui est situé au Nord-Ouest de la Loire Atlantique est limitrophe du département d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan. La vie professionnelle d’un certain nombre de nos résidents les avait amenés à vivre dans une autre région, et au moment où la question de l’accueil en résidence se pose, ces personnes préfèrent revenir souvent dans leur résidence d’origine.

Par ailleurs, l’éclatement des familles fait qu’au moment du vieillissement des rapprochements familiaux s’opèrent.

 

Ainsi, la Résidence de la Vallée du Don accueille des résidents qui ne relèvent pas du Département de la Loire Atlantique, amenant à un déficit permanent structurel, lié à la différence entre le calcul de l’APA qui est fait pour nos résidents de Loire Atlantique et ceux issus des autres départements, et ce malgré un taux de remplissage proche de 100 %.

 

Ainsi, le résultat d’exploitation de la section Dépendance depuis l’année 2014 laisse apparaître un déficit de 31 121,49€, qui s’est accentué d’années en années, pour atteindre un déficit prévisionnel de – 60 000 € en 2018.

 

Il faut que je corrige quand même, ce déficit était en partie lié aux travaux de restructuration avec de près de 7 millions d’euros que nous avons engagé avec une aide très conséquente du département, je vous en remercie, et d’autres partenaires. Nous avons dû embaucher du personnel, ce qui explique ce déficit assez exceptionnel entre 2017 et 2018.

 

Les services du Département sont venus il y a une dizaine de jours et le sujet a été évoqué.

Mais je sollicite un entretien particulier Madame la Présidente pour qu’on voit comment on peut régler ce problème. Si on n’arrive pas à combler tout ou partie de ce déficit, avec les investissements qui ont été engagés, on va se trouver en difficulté et il va devenir très très difficile d’assurer l’équilibre budgétaire de cet établissement

Je vous pose la question car nous ne sommes pas les seuls, je pense que les établissements proches du Maine-et-Loire doivent être dans des situations similaires, mais ils n’ont pas de convention avec le Maine-et-Loire pour les compensations liées à l’APA.

 

Mais nous, nous ne souhaitons pas faire une sélection à l’entrée. Nous tenons absolument au rapprochement familial et je ne me vois pas proposer à la gestionnaire de l’établissement : « Ben écoutez, on va prendre que des gens de Loire Atlantique, comme cela, on perdra moins. » Pour moi, c’est complètement impensable. On pourrait essayer de travailler avec le Département d’Ille-et-Vilaine qui nous pose problème et un peu le Morbihan pour qu’on puisse se rencontrer et voir comment on pourrait établir des conventions d’équilibre.

Mais en tout cas, on n’aimerait pas être amené à souscrire à des solutions qui nous amèneraient à sélectionner à l’entrée, pour arriver à un équilibre budgétaire.

 

C’est peut-être dû à notre spécificité géographique, mais il est important que cette problématique soit prise en compte et je vous en remercie par avance.

Je vous remercie Madame la Vice-présidente.

Les commentaires sont fermés.