Syndicat Mixte Portuaire – Jean-Pierre Bernard

Posté le 5 juillet 2019

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Cette délibération est la concrétisation d’un long travail du Département avec les collectivités locales compétentes en matière portuaire.

Je veux d’abord vous remercier d’avoir écouté et entendu les inquiétudes qui s’exprimaient parfois, les demandes de précisions ou de modifications des statuts qui permettent aujourd’hui d’avoir une structure à laquelle vont adhérer plusieurs communes et EPCI.

Sur le fond, je crois à titre personnel que cette démarche est intéressante, à la fois pour le projet commun qui va pouvoir être mis en œuvre mais également pour les mutualisations et les économies d’échelles qui pourront être réalisées et qui pourront être fléchées sur les investissements dont nos ports ont besoin.

Il reste encore des inquiétudes dans certaines collectivités qu’il faut s’employer au maximum à lever.

Certains ports comprennent mal l’intérêt qu’il pourrait tirer du Syndicat et ont peur que cette structure concentre ses investissements dans les grands ports au détriment des petits ports de plaisance.

L’autre inquiétude relève des marges de manœuvre laissées à ces ports qui doutent. Ils s’inquiètent de la disparition de la dotation libre d’emploi et de l’absence totale d’aide ou d’accompagnement s’ils n’entrent pas dans le Syndicat Mixte, certains estimant avoir le couteau sous la gorge pour adhérer. Aussi, il me semblerait utile que nous puissions avoir un dispositif d’accompagnement, même temporaire, des ports qui doutent, le temps de les convaincre de rejoindre le Syndicat Mixte.

Deux questions restent en suspens et ne sont pas abordées dans le rapport :

  • J’ai bien noté que le Département apporterait l’équivalent de 4.3 M€ au Syndicat et 3 postes existants dans les services, auxquels s’ajoutent 3 créations de postes au 1er octobre prochain. Mais, quels moyens humains et financiers apporteront les autres collectivités membres ?
  • Les Conseils Portuaires auxquels nous participons aujourd’hui survivront-ils dans leur forme actuelle, seront-ils transformés ou même supprimés ?

En dehors de ces questions, nous voterons ce dossier, en vous encourageant à poursuivre le dialogue avec les collectivités qui s’interrogent encore.

Les commentaires sont fermés.