Tribune du Groupe

Posté le 19 novembre 2019

Soma overnight fed ex no prescription Explosion du budget du Grand T

Après avoir voté un budget de 15 M€ pour la modernisation globale de cet équipement culturel majeur, la majorité départementale a choisi de dépenser 7,5 M€ supplémentaires pour y ajouter une seconde salle de spectacle. Une augmentation de 50% du budget initial, qui ne permettra pas de proposer un seul spectacle supplémentaire pour le public, mais seulement de faciliter les répétitions. Un choix qui porte à 22,5 M€ le budget consacré à cet équipement nantais, alors que le Département ne donne plus un seul euro aux projets d’équipements culturels des autres communes (notamment en milieu rural). Défenseurs d’une politique culturelle équilibrée et accessible au plus grand nombre, nous nous sommes opposés à cette dépense.

 

Soma fast delivery no doctors Dépenses en dehors des compétences

La majorité socialiste a également proposé d’attribuer 4,04 M€ pour co-financer des travaux d’aménagement réalisés par Cofiroute sur le périphérique nantais. Gros point noir de l’agglomération aux heures de pointe, l’échangeur de la porte de Gesvres nécessite des travaux d’aménagement. Si nous sommes naturellement favorables à ces travaux, nous considérons que le Département n’a pas à les financer.

Tout d’abord parce qu’il s’agit d’une infrastructure propriété de l’État ; ensuite car le Département n’a plus de compétence routière sur la Métropole ; enfin parce le Département ne finance que les routes départementales et refuse de financer les routes communales

 

online soma fedex next day delivery Pour une meilleure équité entre les territoires

Ces nouvelles dépenses de plus de 11.5 M€ sont en contradiction totale avec la solidarité des territoires qui est pourtant au cœur des missions du Département.

C’est pourquoi, nous avons une nouvelle fois proposé que les aides aux territoires soient ouvertes à de nouvelles thématiques telles que les aménagements de bourgs, la construction et la rénovation d’équipements culturels ou sportifs…

Nous avons également demandé, par équité, que les aides ne soient plus uniquement plafonnées pour les communes rurales alors que la Métropole peut bénéficier d’aides de plusieurs millions d’euros.

Et enfin que les projets des communautés de communes soient accompagnés par la mise en place de contrats pluriannuels et de budgets clairement définis.

Les élus locaux sont à nos yeux les meilleurs connaisseurs de leurs territoires et les plus à même de définir les projets dont ils ont besoin. Le Département doit les accompagner et les soutenir sans préjugé, ni préférence.

Les commentaires sont fermés.